Société des Amis de la Bibliothèque Forney




VISITE DE L'ATELIER LE TALLEC




Atelier Le Tallec

Retrouvez le site internet de l'Atelier Le Tallec



Jeudi 30 mars 2012

C'est en 1928 que Camille le Tallec, artiste breton, a créé son atelier. Inspiré à l'origine par l'art chinois, il a évolué vers des décors classiques du 18ème siècle. Ses créations ayant beaucoup de succès, il est venu à Paris dans le 12ème arrondissement et a ouvert des magasins de vente sur la Côte d'Azur. A sa mort en 1989, son entreprise a été rachetée par la célèbre firme américaine "Tiffany" qui l'a installée sous deux arcades, 93/95 avenue Daumesnil.

Yannicke Maudet, artiste peintre, qui a travaillé avec Camille le Tallec dirige aujourd'hui l'atelier. La salle d'exposition, sous la première arcade de pierres de taille apparentes, est superbe. Elle présente les objets d'art en porcelaine peinte : assiettes, tasses à café, boîtes à poudre, vide-poches, oeufs, potiches, coffrets, cache-pots etc...




Atelier Le Tallec

Atelier Le Tallec 93/95 Avenue Daumesnil 75012 Paris



C'est le seul magasin à Paris. La plus grande partie de la production est exportée aux États-Unis où Tiffany possède de nombreux points de vente, dans les Émirats, au Brésil et à des particuliers, sur commande. Les Américains apprécient les services de table et les objets cadeaux "made in France".

Des décors contemporains épousent l'air du temps. La directrice artistique nous explique que toutes ces créations sont fabriquées avec de la porcelaine blanche de Limoges, de première qualité, entièrement peinte à la main, à la différence des objets industriels qui sont fabriqués avec des décalcomanies et ornés d'un filet. Elle nous conduit ensuite dans la seconde salle où sept jeunes femmes travaillent sous les arcades, éclairées par la façade en verre donnant sur l'avenue.



Atelier Le Tallec

Atelier Le Tallec



Le dessin est reproduit au pochoir ou au crayon sur la porcelaine. Les filets dorés sont imprimés avec une "tournette" (petit tour) ou, lorsque l'objet n'est pas rond, à main levée, ce qui demande beaucoup de maitrise. Après polissage au sable de Fontainebleau, l'or mat devient brillant. Les artistes utilisent une panoplie de pinceaux très fins pour déposer les couleurs en couches successives car les durées de cuisson sont différentes selon les teintes. Cinq fours électriques garnis de terre réfractaire sont installés dans le sous-sol. Les objets sont cuits entre 800 et 900 degrés selon les pigments utilisés.


Le Tallec en vidéo :